Carlos Tinoco analyse

14 mai 2016

intelligence, science

Sauvegarde (pour chantier) de la transcription de la critique de cet article. Mise-en page provisoire, mais le contenu est identique au fil FB dont elle provient.

« Nicolas Gauvrit, chercheur en sciences cognitives, vient de sortir un ouvrage sur la question des surdoués : Les surdoués ordinaires. Tout ce que je peux savoir de lui suggère un esprit rigoureux et une personnalité intéressante, bref, quelqu’un dont les idées méritent le respect et avec qui un dialogue serait forcément fructueux. »
La première phrase est naturelle: elle présente le sujet. La deuxième est directement un « ad hominem ». Positif, certes, mais qui commence par dire ce qu’est censé être la personnalité qui justifie l’intérêt des écrits : ou plus exactement le respect. Ouvertement basé sur « suggère », en plus. Donc cette phrase veut dire « Les idées intéressantes d’un esprit rigoureux méritent le respect ». Evidence. Donc contenu sémantique de la phrase: nul. Utilité apparente de la phrase : parler de « je ». Il s’agit d’emblée d’un texte qui est personnel dans les deux sens : d’homme à homme, en quelque sorte.

« Il est passé des mathématiques à la psychologie et prend des positions fines par rapport à nombre de théories pseudo-scientifiques. « 
Sous-entendu : prendre des positions tranchées est mauvais pour l’évaluation de la crédibilité. Et les mathématiques sont distinctes de tout le reste, comme la psychologie ou l’entomologie.
NG n’a donc pas de compétences en maths supérieures au premier psychanalyste venu.

« Défenseur de la cause rationnelle, la psychanalyse est depuis longtemps une de ses cibles. « 
La rationnalité est une « cause », rien de plus qu’un choix idéologique, elle n’a pas plus de valeur que la défense du café équitable. Mais alors pourquoi ce texte a-t-il les apparences d’un raisonnement?
Et puis Gauvrit a ses cibles, choisies probablement au hasard, dont la psychanalyse.

« Cette polémique entre partisans et adversaires de la psychanalyse est, comme je l’ai déjà écrit, si pauvre des deux côtés que je ne veux pas m’en mêler, en tout cas pas d’une manière hâtive. « 
Donc là il définit le débat sur la rationnalité de la psychanalyse comme « une pauvre polémique », ce qui est déjà prendre position : tout le monde dos-à-dos, ce débat est nul et non-avenu, arguments rationnels ou pas. Donc c’est une prise de position pour le « status-quo ante », qui est que la psychanalyse est une vraie médecine etc. Donc, contre la rationnalité de Gauvrit.
Et je ne vois pas pourquoi il parle de s’en mêmer « d’une manière hâtive »…? Quelqu’un lui a demandé de se presser?

« Dans ce post, en revanche, je réagirai à la thèse soutenue par Nicolas Gauvrit selon laquelle l’innéité, ou plus exactement l’héritabilité génétique de l’intelligence est désormais prouvée. « 
Donc en fait, tout ça pour en arriver à répéter le titre. Si on a lu le titre, on n’a pas besoin de toute cette introduction pour se douter que c’est ça qu’il va faire : réagir à etc.

« Or, cette affirmation est naïve. »
Ah ok, en fait tout ça pour en arriver là. Si je condense le premier paragraphe on en est donc à : « Les idées de Nicolas Gauvrit sont intéressantes mais naïves » + du bruit, dont le contenu est intéressant pour comprendre d’où parle l’auteur.
Donc, la suite du texte va nous expliquer pourquoi les idées de NG sont naïves, puisqu’il nous a déjà expliqué pourquoi elles étaient intéressantes.

Le paragraphe suivant est une grosse dilution de sa dernière phrase, mais soit : le paragraphe est coupé au mauvais endroit, devrait être :
« Si l’écart type entre les QI des jumeaux monozygotes est plus faible qu’entre les QI des jumeaux dizygotes, alors la cause génétique serait entendue, le débat clos. Sauf que l’analyse d’une théorie et d’une validation expérimentale ou d’une observation statistique ne se passe pas comme cela. »
Qui est donc l’introduction à la thèse de Tinoco : les différences d’écart-type entre jumeaux diizygotes et monozygotes ne siginifient pas ce que dit Gauvrit. Tinoco va donc nous expliquer comment ça se passe. Car Gauvrit se trompe dans sa manière d’analyser. Si on est cohérent, il le fait naïvement.

« C’est un lieu commun de l’épistémologie : l’expérience, a fortiori l’observation statistique ne valident ou n’invalident une hypothèse donnée que sous réserve de la validité générale de la théorie avec laquelle on les interprète. »
Ok, donc Gauvrit utilise une théorie invalide pour interpréter le coup des écarts-type. C’est cohérent. En principe la suite du texte (que je n’ai pas encore lue) va nous expliquer pourquoi.

« Par exemple, à l’époque où l’on commençait à se demander si la lumière était une onde ou un corpuscule, le fait qu’elle puisse traverser une colonne aux parois de verre dans laquelle on avait préalablement fait le vide, ne condamnait l’hypothèse ondulatoire que parce que la compréhension du vide par la théorie physique du XVIIIe siècle interdisait qu’on puisse y supposer la propagation d’une onde. »
Incohérence : « on se demandait », donc aucune hypothèse n’était « condamnée », il y a des tas d’exemples plus clairs et plus simples, et aussi moins douteux, voire confus, pour illustrer le « lieu commun de l’épistémologie », qui semble si peu commun qu’il lui faut se référer à quelque chose en rapport avec la Quantique.

« Ces études fondées sur la comparaison entre jumeaux monozygotes et dizygotes est devenue progressivement la martingale de la recherche concernant l’héritabilité génétique d’un caractère (depuis la dépression jusqu’à l’homosexualité en passant par le QI). Admettons sans les discuter leurs résultats, même si, aujourd’hui, la prudence élémentaire consiste à examiner de près ce qu’on nomme « étude scientifique ». »
(« Ces études [...] est devenue » -_- )
La première phrase n’apporte rien au débat, sauf « devenue progressivement la martingale ». En fait ce n’est pas devenu progressivement la martingale : ça a toujours été une méthode statistique et même expérimentale, le « toutes choses égales par ailleurs », que Tinoco ne semble pas avoir saisi.

« Admettons sans les discuter leurs résultats, même si, aujourd’hui, la prudence élémentaire consiste à examiner de près ce qu’on nomme « étude scientifique ». »
Alors de quoi tu parles, mec? De la thèse de NG? De la méthode des écarts-type entre jumeaux? Tu veux dire quoi? En quoi la prudence élémentaire « aujourd’hui » (plus qu’hier?) serait-elle de savoir ce que signifie « étude scientifique »? Ce n’est pas de la prudence, mais de la culture de base.
Donc, la prudence élémentaire est d’avoir un minimum de culture scientifique, si on veut faire de la science, merci monsieur Tinoco, on pouvait pas le savoir. Donc cette phrase ne sert qu’à faire du bruit décrédibilisant par allusions : les études scientifiques sont douteuses, de par leur nom,  « martingale » + énonciation de choses n’ayant rien à voir entre elles pour donner une impression d’incohérence, etc.

« Je prendrai le temps de préciser ailleurs la différence fondamentale de fiabilité entre le protocole expérimental en physique (notamment en quantique) et en biologie, et l’écart encore plus conséquent dès lors qu’il ne peut plus s’agir de protocole expérimental mais d’observation statistique. « 
Bin pourquoi tu le fais pas tout de suite? Et t’en as vu beaucoup des protocoles expérimentaux, même en physique (notamment en quantique) sans statistiques?

« Gauvrit n’est sans doute pas candide. Son esprit critique en alerte (j’écris cela sans ironie) n’est pas réservé seulement à la psychanalyse : il a écrit un ouvrage pour montrer combien l’utilisation courante des statistiques dans de nombreux domaines est biaisée et fait rire ou s’indigner n’importe quel mathématicien un peu sérieux. »
NG dit des chose naïves mais n’est pas candide. Il est donc de mauvaise foi?

« Je considère donc, provisoirement, que les résultats de ces études sont indiscutables. Cela signifie-t-il que le débat est clos ? »
Pourquoi tout ce bruit, pour dire que les études sont indiscutables? Ah oui, pour sous-entendre le contraire… Jusque-là, aucun contenu, juste du bruit décrédibilisant.

« Réexaminons la phrase qui permet l’interprétation des données : « Les faux jumeaux (dizygotes) partagent le même environnement prénatal et le même environnement familial, et la moitié environ de leurs gènes. Les vrais jumeaux (monozygotes) partagent la (quasi) totalité de leurs gènes, le même environnement prénatal et familial. » Concentrons-nous surtout sur la question de l’environnement. En apparence, c’est une évidence : ils ont eu le même environnement, les mêmes parents, qui les ont élevés de la même manière. Mais le diable se cache toujours dans les détails. On retrouve ici ce qui biaise quasi systématiquement tous les débats sur l’héritabilité génétique. »
Ah, ENFIN, on arrive au débat? Il va nous dire où est l’erreur, cool. Bon, il y a toujours au moins deux fois trop de mots dans le texte, mais apparemment ça lui permet de se faire comprendre même par JSF.

« Quelle conception du psychisme sous-tend cette affirmation ? Une vision de bon sens, qui a le mérite de ne pas heurter notre intuition : il va de soi que la majorité des parents entoure leurs enfants des mêmes soins, surtout quand la simultanéité de leur venue au monde permet que les conditions matérielles de leur éducation soient identiques. Si on lit une histoire à l’un des jumeaux, on la lira aux deux, si on donne de la viande ou des carottes à l’un d’eux, on en donnera aux deux, bref, la différence d’environnement est forcément négligeable, surtout si on prend un échantillon de familles suffisant pour rendre la mesure fiable. »
HEIN??! (bon, oublions l’orthographe…)
Je reformule : la vision du psychisme est que la majorité des parents etc….???!!!!
Et là, déjà, je ne vois pas pourquoi je lirais plus loin : l’auteur ne comprend RIEN aux statistiques, ni à la démarche scientifique, ni au « toutes choses égales par ailleurs » Il va nier son interprétation à la con pour « prouver » que NG a tort. Donc déjà sa thèse est « je ne comprend pas donc c’est faux »

« Sauf que, Nicolas Gauvrit ne l’ignore sans doute pas, c’est justement ce point qui a concentré les critiques depuis le départ, au sein même de la communauté scientifique. « 
Encore une accusation de mauvaise foi envers NG.

Bon, la suite prouve qu’il n’a rien capté à que dalle et qu’il est de mauvaise foi ou mentalement incohérent. Exemple : « La psychanalyse n’est pas une science et ses prétentions à l’être ont été légitimement réduites à néant par ses adversaires (mais aussi par une part importante de la tradition psychanalytique elle-même). L’argument popperien de la falsifiabilité des hypothèses est pertinent, même s’il est souvent manié comme un talisman par des gens qui ne se sont jamais interrogés sur les différentes modalités de preuve dont il est question dans les différentes branches de la science. Mais, justement, pas plus que ne suffit l’existence de départements universitaires où l’on enseigne la psychanalyse pour accorder à cette dernière une authentique légitimité scientifique, il ne suffit de coller le mot science à son activité, d’occuper des positions au sein de l’institution, ou d’étayer systématiquement ses hypothèses par des actes de mesure, pour qu’il s’agisse véritablement de sciences. »
La psychanalyse n’est pas une science, mais comme il ne suffit pas de s’appeller « science » pour être crédible:
1) la psychanalyse est plutot crédible
2) les sciences ne le sont pas plus

Et NG est accusé de coller le mot « science » à son activité, occupe des positions au sein de l’institution, etc…? Sinon quel rapport avec le débat? Après, remplissage avec « relativité » et « quantique », on voit qu’il ne comprend RIEN : la relativité restreinte est largement aussi dingue que la relativité générale : elle suppose la géométrisation de l’espace-temps, càd du temps -_- après, la relativité générale c’est … bin une généralisation.

On remarque l’utilisation fréquente du « Pourquoi? Parce que… », un peu sarkozyenne

Après il part en vrac complet, il fait des longueurs de digression sur les OGM etc, du 100% bruit, puis enfin « Revenons au postulat qui permet l’interprétation des études sur les jumeaux : l’équivalence des variations environnementales pour les jumeaux monozygotes et dizygotes. » Ouf!

« Voilà typiquement un argument infalsifiable. Comment mesurer quelque chose d’aussi complexe que l’environnement ? Directement, c’est impossible. La seule manière, ce serait, à rebours, de définir comme environnemental tout ce qui n’est pas génétique. « 
Ah bin voilà, donc en fait tout ce qui n’est pas environnemental est génétique, c’est quoi le problème?

« Mais comme on est dans l’incapacité d’établir le mécanisme causal par lequel le gène produit tel ou tel caractère comportemental ou cognitif, on ne peut déterminer ce qui est génétique qu’en l’opposant à ce qu’on aura déterminé comme environnemental (par exemple, en menant des études sur des jumeaux et en espérant que cela nous permet de quantifier le poids de l’environnement). On le voit, le raisonnement est circulaire, il ne peut constituer une preuve. »
Gné…? Mais keskidi? En faisant avec des jumeaux etc, on SUPPRIME l’influence de la différence d’environnement sur les stats, pour justement ne pas avoir à quantifier le poids de l’environnement (sur quoi? o.O)

On ne connait pas le mécanisme causal qui fait que les gènes « yeux bleus » font des yeux bleus, donc on ne peut pas prétendre que les enfants de gens avec des yeux bleus auront très probablement les yeux bleus. De même, tant qu’on ne sait pas ce qui fait que des gênes de hérison font un hérisson, il est impossible de prévoir de quoi la hérisonne va accoucher.

On voit encore moins comment le cerveau ferait ce qui est dit par la psychanalyse, mais ça on s’en fout carrément.

Absurde, je ne lis pas plus loin.

L’auteur est observablement un ignorant qui masque son incompétence sous un flot de paroles qui semblent érudites mais ne contiennent rien. Et il est une référence??? Pour qui déjà…..?

Quelle est l’importance de ce débat, en paritculier pour que Tinoco y prenne le risque d’exposer son absence de logique?

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Kox 3d (impression 3D) |
Solutionspluriel |
VAL DES PRES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Amourestlasolution
| Maisdisdonccanetournepasrond
| Mistiri Langkawi